ImprimerEnvoyer la page à un ami

Un métier millénaire...

La plus ancienne activité du géomètre-expert, la délimitation des limites des biens fonciers, est née avec la propriété foncière elle-même. Aussi, les géomètres-experts contemporains ont de lointains ancêtres en Chaldée, en Egypte ou chez les Etrusques, même si ceux-ci ignoraient la photographie aérienne, la géographie satellitaire et la volumétrie en 3D sur ordinateur.

En effet, dès 1700 avant notre ère fut rédigé un papyrus détaillant les directives pour arpenter et délimiter un terrain.
Cette science topographique permit aux Babyloniens de jeter un pont de 123 m de long sur l'Euphrate.
Renommés pour leurs pyramides, dont celle de Khéops (138 m de haut sur 227 m de base), les Egyptiens réalisèrent un canal de 300 km aboutissant à un grand lac, fermé par une digue de 45 km.

Les Grecs entreprirent également de grands travaux. Vers -530, Eupalinos de Mégare creusa un aqueduc souterrain de 1250 m sous la montagne. Précision atteinte : 5,50 m en direction et 2,75 m en hauteur. Un résultat honorable pour l'époque, à comparer cependant avec la précision de 13,50 cm directionnels et 0,25 cm en hauteur obtenue lors du creusement du tunnel du Mont-Blanc (11600 m de long), en 1964. L'arpentage, quant à lui, progressa grâce à l'apparition de nouveaux instruments. Ces perfectionnements permirent d'édifier, par exemple, le phare de Pharos, une tour de marbre de 150 m de haut.

 

Haut de page   Imprimer   Envoyer la page à un ami